Espoir sans Frontières
 
Ouaille not parrainer un enfant dans la dèche? Rassurez vous ça ne manque pas: entre les tsunamis et les génocides, on n’a pas le temps de s’ennuyer, non?
Y’a une association du coté de Redon (ouhhh! qu’il est vilaine!) qui fait ça très bien depuis des années. Essayée, testée, c’est du béton. Vous pouvez aussi utiliser vos talents linguistiques pour traduire du Singhalais au Français (non, j’rigol’, c’est du Français / Anglais!). Pareil, c’est pas cher, et aux mômes, ça leur rapporte gros: un an d’école.
Y’a quand même des gens qui vous remettent le coeur à l’endroit.
Le petit filleul du bout du monde
Tuesday 23 December 2008